CLAIRE-MÉLANIE SINNHUBER

TROIS
NOUVELLES
EN TROIS
LIGNES

pour ensemble vocal
et piano

TROIS NOUVELLES
EN TROIS LIGNES

Monsieur Sormet: S. I,II M. I,II
Poupon, Gaudin: S. I,II M. I., T. I.
Inghels: choeur d'enfant à l'unisson

durée 2 minutes 10

créé le 27 mai 2014
au conservatoire du Xème arrt
classe d'Isabelle Gregorutti

partition

note de programme

écrit dans le cadre de la résidence au conservatoire du Xème arrondissement de Paris


Pièce pédagogique.

La rubrique intitulée Nouvelles en trois lignes était constituée de dépêches de dernière minute reçues au journal Le Matin à partir de 1905, et qui étaient publiées sous formes de « brèves » dans les pages intérieures du quotidien. Ces « nouvelles » étaient divisées en sous-sections en fonction de leur provenance géographique (banlieue parisienne, départements, étranger), et portaient tant sur les faits divers que sur les flux de marchés financiers ou sur le commerce maritime. Le quotidien pouvait ainsi se vanter d'être le seul journal français de l'époque à pouvoir faire bénéficier ses lecteurs des dépêches reçues par fils spéciaux du monde entier. Les « nouvelles en trois lignes » se présentaient sous la forme d'une information rédigée de la manière la plus condensée possible, entre cent et cent-trente cinq signes typographiques. C'est dans ce cadre qu'à partir de mai 1906, entre deux dépêches anodines, les lecteurs du Matin pouvaient en découvrir d'autres, également authentiques, rédigées dans le style des exemples qui suivent : « Madame Fournier, M. Voisin, M. Septeuil se sont pendus : neurasthénie, cancer, chômage. » « Le feu, 126, boulevard Voltaire. Un caporal fut blessé. Deux lieutenants reçurent sur la tête, l’un une poutre, l’autre un pompier. » Ces nouvelles anonymes, dont le caractère insolite de la présentation ne fut semble-t-il pas toujours perçu par le lectorat du Matin, étaient dues au critique d'art Félix Fénéon. Loin de se contenter de rapporter des faits divers de la façon la plus ramassée possible, Fénéon imagina pour les « nouvelles en trois lignes » qu'il rédigea de mettre à leur service toutes les ressources de la rhétorique, d'en peaufiner le rythme et la prosodie afin de les transformer selon certains en autant de haïkus modernes.
< B

BIOGRAPHIE

C

CATALOGUE

D

DISCOGRAPHIE
PUBLICATIONS
ENTRETIENS

C

CONCERTS

C

CONTACT